2019 – Année record du rétroprojecteur

Sur un rétroprojecteur, je développe un langage visuel rappelant les phénomènes naturels. Usant de la réflexion lumineuse sur une présélection d’objets, j’interprète une aurore boréale, une vague, une constellation ou encore un paysage de montagnes. L’évolution significative des images suit une partition écrite et créée selon différents procédés d’improvisation.

Cette partition est performée à la manière d’un cinéma d’animation in situ. Ce dernier est composé à la fois du spectacle des images projetées sur les murs et de leur fabrication. Ce chevauchement provoque un va et vient entre l’envoûtement et la démonstration, entre rêver et comprendre. Cette instabilité n’est pas sans rappeler notre rapport à l’environnement naturel que nous consommons abusivement, mais qui ne cesse de nous émouvoir.

M’interrogeant sur la trace que peut laisser une œuvre éphémère, je travaille la vidéo performance et la vidéo d’art à partir des documents de ce cinéma d’animation in situ.

Pour voir plus de projets, rendez vous sur l’onglet 2019 !

Publié par Annabelle Guimond

Artiste en arts visuels et médiatiques

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueueurs aiment cette page :